Hustla

Par définition: Hustla est un groupe de gogole musique, Brigands du microphone, Machines à rimes à l’instrumentale fourbe et zinzin, autant de qualificatifs qu’on peut donner à ce groupe de rap français hors-norme.

Hustla est fondé en 1998 par Grems qui n’est pas sans rappeler l’artiste aux casquettes multiples, graffeur, graphiste, rappeur. Hyperactif, Grems ne compte plus ses nombreuses collaborations et productions. Il débute avec le Klub des 7 (Fuzati, Cyanure, Freddy K., Gérard Baste James Delleck et Detect) puis enchaine les collaborations (Disiz, Nekfeu, Greg Frites et j’en passe car, pour le reste, Wikipédia & Youtube sont vos meilleurs amis). Bref Grems n’aime pas faire comme tout le monde, non-conforme au rap commercial, il est l’anti-premier de la classe, le punk du rap français.

 

Le 3 juin 2016, Hustla se produisait au Grand Mix à Tourcoing et pas qu’eux

20:15 Ce soir là à l’entrée y’a pas vraiment full comparé aux autres soirs de concert au Grand Mix. L’envie de suer n’était pas au rendez-vous et c’est tant mieux car, les tympans aiguisés, nous nous préparions à écouter les belles punchlines cuisinées pour cette soirée. Shema (Mc) et Bratski Knez (Batterie électronique) ouvrent le bal en première partie, le groupe strasbourgeois se présente sur son plus beau 44. À eux deux ils présentent un rap aussi goûtu qu’un bon Bretzel. Les hors d’oeuvres sont servis et ma foi, nous sommes enchantés d’entendre le groupe qui a su nous faire hocher la tête sur les quelques titres présentés.

 

 

Le tampon musical

20:45 Tambour battant (Ben Stoker et Chixx) prend le relais. La musique est sans étiquette, nous avions du mal à définir le style et c’est ce qui fait à la fois leur force et leur faiblesse. Résultat des courses, la potion: hip hop, électro/house n’est pas notre tasse de thé même si il faut reconnaître que la prestation technique du batteur était époustouflante.

 

L’attente

22:05 L’ivresse commence à monter et je parle bien de la deuxième pinte que j’ai prise. Grems et Deufré entrent en scène et c’est le Show incendiaire, les artistes sur la piste mettent le feu au plancher et le public en témoigne. Grems, du haut de ses 37 ans, n’a rien perdu de sa fougue du début, idem pour Deufré. Les rimes s’enchainent sur l’instru, un vrai regal pour les oreilles.

 

 

Au final, le concert animé par les deux compères clôture bel et bien la soirée. C’est sur cette note positive et à l’unanimité que le spectacle nous a mis une bien bonne baffle sonore !